Drac.illustration.Canal.VS.Didier

Bis et Ter repetita…

Après Pierre Besnard, préfet en 2013 et avant lui Jacques Quastana ou encore Francine Prime; notre nouveau préfet Monsieur Philippe Court reçoit en préfecture ce vendredi 26 février l’ensemble des décideurs du problème récurrent voire « insoluble » de l’approvisionnement en eau de la ville de Gap et du captage des Ricous sur le Drac.

Le geste est généreux et louable de la part de notre Préfet depuis sa toute nouvelle mutation dans notre département mais, tout jeune qu’il est et peut-être pas encore aguerri aux duperies de notre bonne vieille société, Monsieur Court n’irait-il pas tomber, comme tous ses prédécesseurs avant lui, dans la nasse de nos deux acteurs de haute volée que sont le maire de Gap et l’ASA du Canal de Gap…

Il faut se rappeler certaines choses dans la vie et nos deux comédiens, bien rodés aux jeux de théâtre, vont une fois de plus, à n’en point douter, jouer leurs rôles favoris d’hypocrites professionnels en jouant un duo de Tartuffe de notre très célèbre Molière…

D’autres préfets avant Monsieur Court s’y sont cassés les dents en proposant une médiation et en incitant les deux parties à mettre de l’eau dans leur vin afin de trouver un accord et opter pour la source des Choulières… Et chaque fois, le préfet en place se réjouissait aussitôt d’une avancée concrète du problème devant les faux semblants et courbettes de nos acteurs (ennemis à vie mais copains comme cochons dans leurs affaires) déstabilisants notre préfet au point de lui faire croire qu’il était le seul et unique à avoir trouvé la solution… et qu’ils l’appliqueraient… Hélas, nous connaissons tous les suites…

L’avenir très proche, nous délivrera à n’en pas douter une nouvelle version de l’hypocrisie moderne façon « Tartuffe des Alpes » de nos deux empêcheurs de tourner en rond mais surtout empêcheurs d’apporter aux Gapençaises et aux Gapençais une eau de qualité excellente et moins chère…

À suivre très prochainement…