Conclusions Avis CE Linossier

Bonjour à toutes et à tous…

Tout d’abord (avec un peu de retard), au nom des porte-paroles et de tous les membres actifs du collectif-drac je vous présente nos meilleurs voeux  pour l’année 2016.

Nous espérons entre-autre que notre travail, le votre et celui de toutes les instances et organismes qui luttent depuis des années pour notre joyau qu’est le Drac aboutisse.

Depuis hier, mardi 26 janvier 2016, est disponible dans les mairies concernées (Gap, Champoléon, Orcières et Saint Jean St Nicolas) l’avis du commissaire enquêteur monsieur Linossier.

Dans un prochain article, nous reviendrons dans les détails de l’avis mais je tenais à vous faire part dès aujourd’hui des conclusions du commissaire.

Bien que l’avis général du commissaire soit favorable à l’application et à la mise en place de protections sanitaires concernant la prise d’eau des Ricous, on pourrait paraphraser cet avis en parlant du verre à moitié vide ou à moitié plein…

Nous voyons quand même, comme je le disais dans les voeux,  que le travail fourni par tous n’aura pas été vain. Cette mobilisation phénoménale (comme le précise le commissaire dans son préambule) durant les deux mois de l’enquête ont fini par payer et vous pouvez tous être fier du devoir accompli.

Le dossier remis au nouveau préfet, Monsieur Philippe Court, n’est bien évidemment qu’un avis consultatif mais il peut être suivi soit dans son intégralité, soit partiellement soit pas du tout. Si nous prenons au pied de la lettre les conclusions de Monsieur Linossier nous pouvons dire que notre verre est à moitié plein voire davantage car il remet en cause, dès la première réserve, les périmètres de protection rapprochés qui seraient remplacés par un dispositif d’alerte et de suivi de la qualité de l’eau (dispositif technique).

La seconde réserve recommande aux parties concernées (ville de Gap et ASA du canal de Gap) d’envisager une solution pérenne d’alimentation en eau potabilisable aux Choulières.

La troisième réserve est d’ordre privé.

Nous sommes bien évidemment engagés dans une lutte qui va bien au-delà de cet avis et des décisions finales de ce dossier. Tant que notre joyau sera menacé dans sa qualité et son débit nous serons présents sur tous les fronts.

Bernard Beissier

À suivre…