Dès 2006, les études lancées par la CLE dans le cadre du SAGE et réalisées par le syndicat CLEDA pour l’exploitation de la nappe des « Choulières » à La Plaine de Chabottes laissent apparaître une quantité et une qualité d’eau qui permettrait non seulement de pallier mais d’alimenter entièrement et pour des décennies la ville de Gap ainsi que cinq communes du Champsaur en eau potable.

Fin 2009 (voir l’article ci-dessous) à  la mairie de Gap, on tergiverse, on se tâte, on se demande même si cette étude est viable voire fiable… Gap fera réaliser sa propre étude en 2010 (avec par ailleurs les mêmes résultats mais déjà quatre ans de perdus…). En bref on perd son temps, son argent (inflation des futurs coûts de réalisation) on botte en touche mais le temps passe et les problèmes demeurent…5 DL_3 octobre 2009_A la recherche de l'or bleu à Charance et Bayard.a